Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/babarland/www/dame2pique/config/ecran_securite.php on line 302
Tips - Dame2Pique

Tips

trac et tricks
mardi 12 novembre 2019
par  Dame2Pique

Quel est le point commun entre un photographe animalier et un joueur de poker ?
Outre le fait qu’ils peuvent tous deux attraper des poissons ou tomber sur un requin, il existe un lien pouvant avoir de fâcheuses conséquences : Le timing. Ou plutôt le non timing.


Vous observez ce joueur depuis 6 heures..., mais sur le coup qui vous concerne maintenant, seulement depuis 1 minute ou 2. Votre joueur n’a pas bronché, il regarde devant lui laconiquement. Sans autres informations que les cartes, vous avez call parce que ce call est tout le temps bon à long terme.
...Pendant ce temps-là le photographe a préparé le terrain, et tapi dans la jungle s’apprête à immortaliser ce Golden-handed Tamarins, espèce rare de singe, le plus petit au monde, encore pire qu’un ouistiti, et donc très rapide, qui d’après ses savants calculs devrait apparaitre quelques micro-secondes sur une de ces lianes... Au taquet, les yeux écarquillés ou tout du moins, le croit-il depuis 2 heures, il sait que son singe va passer par cet endroit précis. Ça commence à sentir bon.

Il est vrai que votre attention a peut-être été détournée, vous avez regardé ailleurs, éternué, toussé, cligner des yeux ?
Envolés les rêves de victoire, pas de chance, cette fois-là, les cartes étaient du côté de votre adversaire et rien ne pouvait empêcher ce coup du sort ? A moins que ce sourire en biais... Le tamarins est effectivement passé par là mais tellement vite, personne ne l’aurait eu, à moins que le bout de cette branche n’ait bougé ?...

Si vous n’aviez pas détourné les yeux 3 secondes pour lire ce texto, ou pire 1/10e de seconde pour cligner des yeux, (le temps que peut durer une micro-expression), si vous n’aviez pas éternué..., vous auriez pu éviter de ne repartir qu’avec des souvenirs ! (à savoir un bout de liane où le singe a posé ses petites pattes en or, ou encore le petit bout de jeton qu’il vous reste) :

On ne peut pas s’empêcher de cligner des yeux, ni d’éternuer, néanmoins on peut essayer de limiter les dégâts ou au minimum avoir conscience qu’on n’ait pu rater une information, peut-être anodine, peut-être pas. Par contre on peut s’empêcher de changer de musique à ce moment-là, répondre à un texto, tourner la tête pour matter la masseuse qui passe etc. Le "min-maxage" au poker (l’optimisation) est loin d’être uniquement mathématique, la gestion des émotions, la lecture de l’autre joue tout autant, voire plus. Quoiqu’il en soit, il serait dommage de ne focaliser que sur l’un ou l’autre, non ?

Le contrôle de soi, permet non seulement de se cacher, mais engendre aussi la créativité, une possibilité de bluffer accrue et optimisée.
La lecture de l’autre permet de sortir de sa zone de confort, renforce son instinct et livre des informations. Les héros call/fold deviennent plus accessibles.

Les 2 permettent de jouer plus "out of the box" (hors de sa zone de confort), évidemment plus sur modèle exploitable qu’optimal, mais n’est-ce pas un des gros avantages du live ? (Je ne dis pas qu’il n’y a pas de place pour le jeu exploitable online, et qu’il n’y a pas d’autres façons de min max, comme par exemple réagir différemment selon notre analyse du joueur et ses patterns, mais ces 2 paramètres prennent toute leur ampleur en live et il est important de pouvoir également jouer ce jeu-là).

L’idéal pour un joueur de poker étant l’adaptation, il doit pouvoir jouer serré, jouer large tant qu’il reste agressif, pourquoi ne pas également passer d’un jeu optimal à exploitable selon le timing. Ne pas en être capable est potentiellement un grave manque à gagner. Il faut avoir les cojones de faire tapis avec Q2 parce que vous avez vu un tell évident de fold en face, et open fold AJ (voire pire) parce que vous avez entendu votre voisin trépigner...
Normalement les joueurs de poker ne manquent pas de cojones, ils savent bluffer ? Alors ne nous arrêtons pas là, c’est encore autre chose de pouvoir fold QQ ou de faire tapis à la river avec un jeu medium en value sur un tell...

La récompense à cette prise de risque (risk/reward) peut tout changer ! (Puisqu’on part du principe qu’on ne s’est pas pris la tête à ne pas tousser et à fixer notre victime, pour un coup standard avec de faibles enjeux). C’est une manière d’augmenter le nombre de coups qui pourraient devenir des coups-clefs.
Pour se faire, rien de tel que de croire en son instinct et de se lancer, ce qui n’est pas chose facile puisque le poker est également un jeu d’analyse.
Nous demandons à notre cerveau de faire les 2, et de croire en les 2.
Rappelez-vous le nombre de fois où à la relecture vous avez décoché la bonne réponse à cet examen, rappelez-vous de vous enfant !
L’instinct ne tue pas l’analyse, parfois, on fait bien de vérifier, de recalculer, pour les problèmes complexes, pour éviter les coquilles..., et parfois (souvent) la première impression est la bonne et c’est comme ça !

L’instinct ça n’est pas XFiles ou Spiderman...
Quand le cerveau n’a pas le temps de faire une analyse il nous livre une information quand même, brute de décoffrage et c’est mieux que rien ! C’est pour notre survie, parfois on n’a pas le temps de réfléchir, il nous donne alors une intuition, et même s’il ne s’agit pas ici de vie ou de mort, c’est le même processus. Si par hasard le temps ne manquait plus, on pourrait alors analyser les données connues.

Un petit pas
Essayez de vous forcer non pas à suivre votre instinct direct parce que ce changement est plus difficile qu’il n’y parait, mais à prendre une décision très rapide sans l’appliquer (par exemple il ment, elle est max, je devrais call), pour ensuite comparer avec votre décision après analyse, et sauvegardez ça quelque part. Essayez d’avoir le plus de données possible, je pense que naturellement, et au vu des stats ce sera ensuite plus facile de passer à l’acte, et de se sentir prêts émotionnellement.

Et quand l’instinct fait mal ?
Il ne fait pas beaucoup plus mal qu’un bad beat, bien que nous soyons fautifs, alors autant se le dire avant d’aller sur ce terrain. Mais surtout : Toutes les fois où il ne s’est pas trompé rattrapent largement les autres. (Ou sinon tenez vous-en à l’analyse :p)
Il y aura toujours une leçon à tirer de notre erreur d’interprétation, cela va permettre d’affiner encore mieux notre jugement, de ne pas nous reposer sur nos acquis. (Il a beaucoup cligné des yeux oui peut-être que c’est un tic ? Il tremblait comme une feuille sur ce coup, peut-être qu’il tremblait depuis le début c’est son premier tournoi live). Tout comme les autres données reçues, le langage corporel peut livrer un signe, mais ce signe reste l’élément d’une histoire, et on ne saurait tirer meilleur parti de cette indice sans le replacer dans son contexte. L’interprétation est donc difficile et capitale !

Et quand l’instinct fait mouche ?
Attention à ne pas gonfler trop son égo après de nombreuses prises de décision fructueuses. Le poker est un jeu mental, un jeu d’équilibre, où Cthulhu rôde toujours alentour pour mieux vous désorienter. Nous savons tous certainement qu’en perdant le tilt peut nous gagner, et pourtant il n’est pas facile d’y résister..., seulement ne sous-estimons-nous pas le tilt positif... Qui peut faire tout aussi mal. Si toutes nos décisions ont été positives depuis 5 heures ou 2 jours, si en plus elles étaient motivées par notre bonne lecture de l’autre, on peut être frappé du syndrome "je suis un Jedi en civil". Bien sûr ce tilt positif existe également si on prend de bonnes décisions basées sur des éléments plus mathématiques, mais généralement il fera moins mal vu qu’on devrait s’en tenir aux maths, même gorgés de confiance...

Il n’y a point de génie sans un grain de folie...
Le jedi par contre, lui, va pouvoir s’enorgueillir au point de perdre son tapis sur une mauvaise décision, ou faire des moves de plus en plus excentriques. La petite folie qui le faisait gagner et le faisait être craint, ce petit grain de génie s’est transformé en mascarade et le respect durement acquis est tombé en moins d’une minute. Non seulement vous venez de vous planter et c’était prévisible mais si en plus il vous reste des jetons de toutes façons vous êtres grillés c’est game over.

Alors :

- Soyez fou, mais pas trop
- Comptez mais levez la tête !
- Cachez votre pomme d’Adam
- Les décolletés chez les filles peuvent certainement déconcentrer l’adversaire mais votre respiration est plus grillée (comme pomme d’Adam).
- Faites attention à votre voix (l’intonation, le rythme, débit etc.), elle trahit plus que ce que vous ne pensez. Une voix qui part brusquement vers l’aigu trahit souvent une tension, un changement, une peur, un malaise, une excitation.
- Vous avez toujours fait les mêmes relances pour rester discret ? Alors continuez aussi à sourire si vous étiez avenant ou à faire la tête si vous étiez déjà en mode poker face, restez cohérent ! On m’a déjà dit que c’était étonnant parfois mon côté salon de thé pendant un coup (voire clown), mais si j’étais sympa avant, je ne peux pas devenir une tueuse à gage quand je bluff !! L’inverse, plus fréquent d’ailleurs est totalement grillé aussi... (D’un coup, ce gars est allé acheter un sourire, ou simplement d’un coup, il parle ?!?!..)
- Vous pouvez tenter quelques petits actings sur les joueurs de niveau moyen uniquement : Ex : Vous faites semblant de trembler avec un jeu pourri :
Les débutants risquent de ne pas prendre en compte cette information (qui indique normalement une excitation due à un gros jeu), ou se dire que vous avez peur...
Les experts verront le filou en mode cours Florent.
- >Le joueur qui par contre, un peu reg, sait ce que veut dire ce tell, mais n’est quand même pas Phil Helmut..., c’est lui qu’on veut et seulement lui !
- LES PIEDS : Arme ultime, tellement forte qu’elle a donc certaines limites... Vous ne les voyez pas ! (clairement). Par conséquent, les joueurs ayant pensé à masquer leurs pieds et leurs réactions sont très rares... Si les pieds du concerné sont anormalement dirigés vers la sortie, ou dans ce contexte, pas orientés vers la table, cela signifie que la tête du joueur a beau essayé de prendre le contrôle et feinter, le corps "lâche" quand même ailleurs la pression...
- Ne perdez pas une miette des coups que vous ne jouez pas, c’est instructif de regarder leurs réactions et moins ennuyeux que ce qu’on croit. J’ai vu des joueurs regarder des séries..., le risque c’est d’avoir vraiment le temps de se taper toute les saisons plus vite que prévu.
- Si vous ne maitrisez pas trop vos émotions ou pensez que votre nervosité se voit à 3km, mettez des lunettes, si vous pensez que les joueurs ne lisent pas en vous à livre ouvert, et encore mieux pourraient se tromper noyé dans votre regard, enlevez-les !
- Ne confondez pas adrénaline, excitation, impatience avec angoisse, les joueurs de poker ne tremblent pas de peur, c’est pas une attaque de zombies...
- Regardez bien tous les gestes de réconfort, aussi infimes soient-ils, ils font faire un grand bond en avant : Auto-caresses (la joue, les cheveux, l’oreille, les cartes....), se bercer de côté ou d’avant en arrière. Ce sont des gestes que nous ne faisons pas en pleine confiance. Dans ce cas, La tension est telle qu’on a besoin de se coucouner, on va prendre un doudou et on revient, on se console et ça se voit !

Alors faites attention aux autres, à vous, ouvrez l’œil, voire les 2 ! Mais surtout :
Arrêtez de regarder et commencez à observer !

Good luck !